Thierry Laudren  —  Mobilier d'artiste
 
Vous êtes ici : Accueil > BIO

Biographie

Thierry Laudren

  • • né en 1964
  • • a ouvert son atelier en 1996.
  • • s'est formé à la sculpture sur bois (spécialisation ornementation, sculpture de boiseries) pendant six ans, dont trois à l'Ecole Boulle (Paris).
  • • a travaillé comme maquettiste volume et décorateur à Paris, avant de revenir au travail de sculpteur à Rennes.
  • • travaille aussi pour les Monuments Historiques à la réfection de pièces en bois sculpté très anciennes.

Présentation par Bernard Baffait, romancier

Thierry Laudren donne vie à ses créations au centre artisanal Pierre Louail, à Rennes.
De part et d’autre d’un vaste corridor s’alignent les cellules monacales où œuvrent des artisans et des artistes passionnés. La porte du fond à gauche donne accès à l’atelier du sculpteur sur bois.
On y découvre dans l’entrée des planches de chêne massif empilées. À côté, vous pourrez admirer peut-être, une sylphide provocante, un taureau débordant de force brute, vous menaçant de ses cornes d’or, ou une immense fleur de chêne coloré.

La découverte de l’atelier vous met en face d’esquisses plus ou moins détaillées, des rêves qui ont zébré l’imaginaire du créateur et qui s’affichent punaisées contre le mur, sollicitant l’artiste et attendant que l’œuvre s'ouvre et s’épanouisse lentement dans la matrice.

Ce n’est pas un musée ; rien n’y est figé, tout explose de bruit et de tumulte. La grande machine à bois y hurle, la sciure odorante, qui rappelle le sous-bois, imprègne l’air et couvre de sa neige impalpable le joyeux capharnaüm.
Des figures de plâtre attestent que les graines semées sur le papier ont grandi et qu’elles vont vers une métamorphose libératrice. Des blocs de chêne collé ont été attaqués par le ciseau et la gouge.

Th Laudren

Un visage de grotesque ou le museau d’un grand cerf se dégage à grand-peine de la masse inerte du bois, aspirant à la vie. Une sculpture gigantesque ouvre à deux battants son armure, découvrant des rayons sur lesquels son heureux possesseur disposera ses livres ou ses disques : le souci artistique n’interdit pas l’aspect pratique.
La tête du personnage, hiératique, fait penser à ces totems de l’art africain dogon. Les animaux évoquent parfois ceux de Claude Lalanne.
Mais la matière noble du chêne ne demeure pas toujours cirée ou vernie ; la polychromie lui donne aussi des couleurs éclatantes, vibrantes de vie !

lampaul